[34]. [35]. [36]. [37]. [>] 38. [39].
Titre Note Avis
Jumanji 14/20 Remake du film avec R Williams (enfin, plutôt suite), le film est plutôt plaisant avec ce changement de personnages (entre la vie réelle et dans le jeux). C'est parfois un peu trop prêchi prêcha ici et là, mais on s'amuse bien.  (janvier 2018)
Downsizing 16/20 Encore un film interessant d'A Payne, l'auteur de Sideways et The Descendant. Une bonne critique de la société capitaliste actuelle, sous la forme d'une fable technologique. Le metteur en scène lorgne très fort vers Swift et ses voyages, même si vers la fin, le film perd de sa force et semble hésiter entre plusieurs directions.   (janvier 2018)
Pentagon Papers 17/20 En ces temps ou la presse est mise sous pression aux US, ce film met magnifiquement en valeur le travail journalistique fait en 1971, sans oublier le portrait (et l'hommage) rendu à la propriétaire du Washingtion Post, pour son courage et ses prises de position, dans une société entre très teintée de machisme.   (janvier 2018)
Le Labyrinthe - Le Remède Mortel 8/20 C'est le troisième opus, donc pour connaître la fin de l'histoire, faut se payer 2h20 d'un film qui a perdu toute l'originalité du premier. Mélange de Zombie + Mad Max Fury. Donc une bouillie tiède mille fois vue.   (février 2018)
Black Panther 17/20 Héros noir de l'univers Marvel (apparu lors du dernier "Avengers"), cet opus fait dans l'inédit : acteurs essentiellement noirs, humour peu présent, sous-entendus politiques, pays africain mélange de tradition et d'hyperfuturisme. Certes, ce n'est pas un brulot à la Spike Lee, mais clairement un produit suffisamment dé-formaté.    (mars 2018)
La Forme de l'eau 16/20 C'est certain qu'une partie des scènes du film lorgnent furieusement du côté de JP Jeunet (Amélie et Delicatessen). Au delà, c'est un conte poetique, qui parle de notre actualité en se déroulant dans les années 60. Joli film.     (mars 2018)
La ch'tite Famille 16/20 Il n'y a plus vraiment la surprise du langage et des tics chtis, mais la mécanique et l'écriture du scénario sont plutôt réussis. L Renaud est en pleine forme. C'est un peu lger sur le fond, mais on s'amuse franchement.    (mars 2018)
Tom Raider 13/20 Ce reboot offre un film sans prétention, avec une héroine qui semble s'être investie à fond dans l'entreprise. On franchit allègrement les limites de la vraisemblance, avec un hommage marqué au jeu dans la séquence finale.   (mars 2018)
Pacific Rim Uprising 10/20 Difficile de passer après le maitre Del Toro. Le scénario est pltôt sans surprises, avec une suite programmée par la dernière image. L'idée d'intégrer des ado dans le film est sans intérêt, voire completement contre-productif. Reste quelques surprises côté histoire, et des effets spéciaux pas trop mal fichus.   (mars 2018)
Player One Ready 19/20 Le vétéran Speilberg donne une sacrée leçon de cinéma à tous les directeurs de films d'action de ces 20 dernières années. Avec un excellent scénario, une virtuosité dans tous les domaines, notamment la narration et des effets spéciaux exceptionnels, ce film est LE film pop corn par excellence. (mars 2018)
La Mort de Staline 14/20 Le film commence le soir de la mort de Staline, en 1953, et les affres de l'événement et de sa succession sur - principalement mais pas que - sa garde rapprochée. le scénario a certe raccourci le déroulement de l'Histoire, mais l'effet de projecteur sur ces hommes à la fois impitoyables et grotesques est passionnant. Bizarrement, le seul défaut de casting semble être S Buscemi, qui est plus proche de Fargo que de Khroutchev. (avril 2018)
L'ile aux Chiens 15/20 Suite à une épidémie de grippe de la truffe, tous les chiens d'une ville japonaise sont exilés sur une île-poubelle. Filmé en stop-motion, ce film de Wes Anderson est un festival de trouvailles visuelles, et d'inventivité scénaristique. Toutefois, le contenu plus politique de son film est également à souligner.  (avril 2018)
Larguées 14/20 Deux soeurs (que tout oppose) emmènent leur mère, recemment divorcée, en vacances dans les Iles. Le sujet est assez bateau, mais le traitement est plutôt réussi, les deux actrices principales n'hésitant pas à en rajouter dans l'auto dérision. C'est bien écrit, avec un sens du rythyme bien trouvé.  (avril 2018)
Avengers : Infinity War 15/20 On prend les même (enfin on les prend tous) et on fait un grand film choral. Le temps d'image est plus genereux avec certains qu'avec d'autres, mais le tout est assez cohérent. La fin du film sur le coup est assez stupéfiant, mais on se dit après réflexion que Marvel et Disney ne peuvent pas tuer toutes les poules aux oeufs d'or en même temps. Plaisant en général.  (mai 2018)
Deadpool 2 10/20 Deadpool 2 prend le même chemin que la plupart des sequels ratés : Plus. Plus de budget, plus d'effets spéciaux, plus d'explosions pour arriver au final à une suite moins réussie, moins drôle, moins tout, quoi. Il subsiste ici et là quelques moments symps (notamment la fin), mais sinon c'est plutôt poussif. (mai 2018)
Solo 12/20 Dans l'univers Star Wars, il y a certes des films ratés, mais malgré tout regardables avec frissons garantis. Solo se regarde sans déplaisir certes, mais sans frissons non plus. En premier lieu, H Ford est tout simplement irremplacable (l'acteur le personnifiant me fait plutôt penser à Deniis Quaid). Le film n'est pas désagréable, mais n'a que peu de lien avec la saga, il y manque les données essentielles.  (juin 2018)
Mutafukaz 08/20 Film d'animation dans un univers dystopique. Malgré quelques idées visuelles inovantes, l'idée de base est trop simple (simpliste) pour tenir les 90mn. C'est assez  graphique, mais je n'ai personellement pas accroché.(juin 2018)
Jurassic World 12/20 On prend les mêmes personnages que dans la première trilogie (mais en changeant parfois les acteurs), on modifie un peu le scénario, on rajoute de nouvelles bestioles, moins de CGI, plus d'animatronics, et balancez la sauce ! Ca se laisse voir sans déplaisir, c'est un peu long, ça sent le réchauffé, avec une ouverture pour le 3ème opus assez interessant ma foi.(juin 2018)
How to Talk to Girls at Parties 12/20 Dans l'Angleterre des années 75 punk, des aliens viennent passer un peu de temps. C'est un mélange assez détonnant entre un flm à la "The Commitments" et les délires des films psychadéliques des années 60/70. C'est plutôt drôle, mais la partie psy est quand même un peu datée.(juin 2018)
Sicario : la Guerre des Cartels 15/20 Suite des aventures de deux des protagonistes du 1er opus. Même si le niveau a un peu baissé, le (même) scénariste a eu l'intelligence de ne pas répéter le premier flm, qui tombe ainsi dans la catégorie (rare) des suites plutôt réussies. La tension de la mise en scène est un peu moindre que pour le premier film, mais on se ronge les doigts pendant tout l film quand même. (juin 2018)
Tully 16/20 Par le même duo qui avait commis "Juno", ce film est un peu la suite, et pose comme principe : qu'arrive-t-il après l'accouchement. C'est une belle réussite, avec des actrices qui affichent une belle complicité, et qui par tout un tas de petites touches, montre la vérité sans fard.  (juin 2018)
Les Indestructibles 2 18/20 Suite des aventures de la famille de super héros numériques. Brisant la malédiction des sequels, on pourrait presque dire qu'il est plus réussi que le premier opus. D'un point de vue technique, c'est évident car depuis 15 ans, la définition apportée par les effets spéciaux a encore progressé. Le scénario est peut-être plus équilibré entre action et famille, ce qui fait tout le sel et le sujet du film. Belle réussite en tout cas.  (juillet 2018)
Detective Dee : Légende des Rois Célestes 13/20 Troisième volet des aventures du Juge Ti, d'après le fameux personnage historique. Il s'agit évidemment d'aventures à la croisèe entre Sherlock, Vidocq et Bruce Lee. C'est encore plus délirant que les épisodes précédents, avec dragons, gorillles mythiques, sabres magiques et j'en passe. Un peu long, et personnellement, moins accrocheur que les précédents opus.  (août 2018)
The Darkest Minds  11/20 Dans un USA dystopique, des ados qui, suite à une épidémie ont acquis certains pouvoirs, tentent d'échapper à la main mise du gouvernement. Dèja vu, déjà fait dans le genre "Labyrinthe". La fin du film est clairement une bande annonce pour la suite. Des longueurs, même si les effets spéciaux sont plutôt cools.  (août 2018)
L'Espion qui m'a Larguée  14/20 Deux amies trentenaires sont prises dans une aventure james-bondesque à travers l'Europe. Sans réinventer le genre, le mélange entre scènes d'actions plutôt réussies et comédie débridée est plutôt réussi, en partie grâce à l'opposition entre les deux actrices.  (août 2018)
Equalizer 2 14/20 Le film est plutôt agréable à voir, même si le scénario est un tantinet prévisible (en fait c'est du déjà vu 100 fois). Toutefois quelques touches ici et là, ainsi que la présence de D Washington apportent une petite différence.  (août 2018)
Mademoiselle de Joncqières 16/20 D'après Diderot. Le film, contrairement à ce que l'on pourrait penser, tient plus des Dames du Bois de Boulogne que des Liaisons Dangereuses. Ce qui frappe en premier, c'est l'extrême qualité des dialogues, que les acteurs s'approprient sans trop de difficultés. Ensuite, les trois actrices féminies superbes, E Baer étant moins crédible, surtout dans la première partie du film. Un très beau film.  (septembre 2018)
Un Peuple et son Roi 15/20 Fresque à la fois historique et intimiste de la Révolution française, de 1789 à 1793. Reconstitutions soignées et esthetique soignée, le film regorge de bonnes idées, comme de passer régulièrement du Parlement et ses hommes historiques (la Grande Histoire) aux révolutionnaires dans la rue, la petite histoire. Excellente idée également d'utiliser les chansons de l'époque. Quelques plans ésotériques franchement peu utiles, et résumer 4 ans d'Histoire en 2 heures est une gageure. Cela incite fortement à réouvrir ses livres.   (septembre 2018)
[34]. [35]. [36]. [37]. [>] 38. [39].